Actualités / Activités

Bienvenue sur notre site Internet !

Toutes les informations de la communauté musulmane du faucigny & du bassin clusien;

Découvrez ci-dessous nos dernières actualités :

Nuit de l’annonce du début du Ramadhan 2017 – 1438H

 

Communiqué

Paris, mardi 9 mai 2017

 

Conformément à la tradition de l’Islam dans le cadre de la fixation du premier jour du mois de Ramadhan 2017 (1438 de l’ère Hégirienne), la « Nuit de l’annonce » est fixée au 29ème jour du mois de Chaâbane de l’année hégirienne 1438/H qui correspond cette année au jeudi 25 mai 2017.

Fidèle à la tradition de la Mosquée de Paris, qui remonte à sa création en 1926, comme chaque année à cette période si importante pour la vie religieuse des musulmans, une Commission théologique se tiendra à la Mosquée de Paris pour déterminer le premier jour du mois béni de Ramadhan de l’année 1438/H.

Cette Commission se tiendra jeudi 25 mai 2017 à 18h30 à la Mosquée de Paris en présence du Président du Conseil français du culte musulman (CFCM), du bureau du CFCM, de l’ensemble des représentants des fédérations musulmanes, des représentants de la communauté musulmane dans toute sa diversité, des imams, des responsables de mosquées et des fidèles.

Cette Commission théologique tiendra compte des conditions de l’observation de la Lune et du principe consistant à entamer le mois lunaire si la nouvelle Lune est observable.
Notre objectif à tous est d’unir dans une volonté commune et fraternelle l’ensemble des musulmans de France autour d’une même date de début de jeûne du mois de Ramadhan.

Nous implorons Allah Tout Puissant d’accepter notre jeûne et de nous combler de Sa Clémence et de Sa Miséricorde.

Recteur Dalil Boubakeur
Président de la Fédération nationale
Grande Mosquée de Paris (FGMP)

( Le 06 Mai 2017 )

 

L’astronaute français Thomas Pesquet a photographié la ville sainte de la Mecque depuis la Station spatiale internationale (ISS), à 400 kilomètres au-dessus de la terre.

 

L’astronaute français, en mission dans l’espace depuis novembre 2016, inonde le web de photos prises depuis la Station spatiale international.

 

Thomas Pesquet a tweeté ce cliché, le 1er mai à 13h42,  avec un petit commentaire :

« Bird’s eye view of Mecca, holy city of Islam /

Non loin de l’aéroport de Djeddah: la Mecque bien sûr, ville sainte de l’Islam »

 

La mecque vue de l'espace

 

( Le 01 Mai 2017 )

 

La vallée de l'Arve est sous tension depuis les attentats de Paris. Des perquisitions ont eu lieu, des jeunes sont fichés pour radicalisme. Un seul lieu de culte officiel existe, très exigu.

 

 

Vingt ans qu'Atamna Derradji vit à Cluses (à 45 km de Genève) et il ne se souvient pas avoir connu un tel climat de défiance. «Les agressions verbales envers les musulmans sont nombreuses, les regards sont fuyants ou agressifs, le Front national a fait 43% ici», rappelle-t-il. Les attentats à Paris, les perquisitions administratives et l'assignation à résidence de deux jeunes de la vallée présentés comme des radicalisés ont tendu les relations en ville.

Homme courtois, ouvert, Atamna Derradji, recteur de la mosquée de Cluses (18 000 habitants dont 20% d'origine étrangère), a appelé sa communauté à respecter la minute de silence à la mémoire des 130 victimes parisiennes et qualifie les auteurs des fusillades «de grands délinquants». Il donne rendez-vous en ce vendredi jour de grande prière à la maison de l'Association Espoir, construite grâce à des dons dans le quartier populaire des Ewües. Seul lieu de culte officiel de toute la région. Trois cent personnes peuvent être accueillies mais le double se présente. Une salle au sous-sol a été couverte de tapis et munie de hauts-parleurs pour entendre le prêche de l'imam à l'étage supérieur, d'autres prient dans la cour. Atamna n'aime pas cela, «mais que faire?», s'interroge-t-il.

 

Avoir une mosquée, une vraie, comme d'autres ont une église, voilà ce que l'on veut

 

Il a écrit maintes fois au préfet, pas de réponse. Il demande que des bungalows genre baraques de chantier soient posés dans la cour, pas de réponse. «Je fais cela au nom de l’intérêt général, pour la quiétude de tous mais mes appels restent vains», regrette-t-il. Il poursuit: «Ici nous avons un imam formé mis à disposition par la Grande mosquée de Paris qui paie son salaire et ses cours de perfectionnement en français. Il prêche en arabe et donc en français, les jeunes comprennent son sermon, ils sont moins tentés d'aller chercher n'importe quoi sur Internet. A Cluses, nous n'avons pas eu de départ en Syrie ou en Irak».

 

Une salle de prière de 30 personnes pour 2600 pratiquants 

 

Un jeune, qui vient écouter le prêche, confie: «Avoir une mosquée, une vraie, comme d'autres ont une église, voilà ce que l'on veut. Pour prier mais aussi se réunir, étudier le Coran, faire du rattrapage scolaire, présenter l'Islam à ceux qui le désireraient. J'habite à Scionzier (près de Cluses), il y a 2 600 habitants de confession musulmane et une seule salle de prière qui peut contenir 30 personnes».

 

Nous avons 12% de chômage, je préfère que des entreprises s'implantent

 

Les autorités rappellent, de leur côté, que les communes ne sont pas tenues d'organiser l'exercice du culte, au nom du principe de la laïcité. A Marnaz, village voisin, Loïc Hervé, le sénateur-maire, s'est opposé violemment à l'Association savoisienne lumière d'Islam (Asli) qui souhaitait acquérir un terrain communal afin d'ériger un lieu de prière (le Temps du 6 décembre 2015). «Nous avons 12% de chômage, je préfère que des entreprises s'implantent», justifie le maire.

 

Les fidèles se retrouvaient dans un foyer de travailleurs dont une salle a été aménagée en lieu de prière. Le préfet a décidé que son accès serait désormais interdit aux gens de l'extérieur car le président d'Asli, un présumé salafiste fiché S, était suspecté d'endoctriner les résidents du foyer dont de jeunes migrants. Celui-ci, qui a travaillé comme bagagiste à l'aéroport de Genève, a été assigné à résidence dans le cadre de l'état d'urgence en vigueur en France puis condamné à cinq mois de prison pour s'être rendu, malgré son interdiction de déplacement, à l'école Ecoris de Chambéry (Savoie) où il prépare un Brevet de technicien supérieur en transport et logistique. Thierry Pellegin, le directeur de cette école, s'est dit très surpris par cette interpellation. «C'est un élève au comportement exemplaire, très studieux et respectueux des règles», commente-t-il. Laurent Bizien, son avocat, a qualifié le jugement «de disproportionné et rendu dans un contexte où il fallait faire un exemple».

 

Apaiser les tensions

 

La condamnation a choqué également le quartier des Valignons où vit le jeune homme. L'un de ses cousins raconte: «Il a appelé la police pour prévenir qu'il devait se rendre à ses cours et il a été interpellé là-bas, il ne voulait pas s'enfuir, juste poursuivre sa formation». Dépeint par le maire comme un prédicateur autoproclamé très charismatique, le président d'Asli est selon ses proches un garçon timide et discret, au casier judiciaire vierge. Le cousin: «Il est croyant sans être un fanatique, grâce à lui le quartier est devenu tranquille parce que beaucoup de jeunes ont repris un droit chemin, celui de la religion et du respect de la loi. Le maire n'a pas supporté l'influence d'Asli dans le quartier et il a monté cette affaire d'imam salafiste autoproclamé».

 

Atamna Derradji avait tiré la sonnette d'alarme au sujet du lieu de prière de Marnaz animé par des gens non qualifiés. Des élus lui avaient suggéré d'aller y mettre un peu d'ordre mais il a estimé ne pas avoir la compétence et la légitimité pour intervenir. «Mes responsabilités s'arrêtent à Cluses. Mais je répondrai présent quand il faudra réfléchir à la construction d'un vrai lieu de culte dans le cadre d'un projet intercommunal. La réponse à tous nos soucis passe par là». Loïc Hervé a fait un pas en rencontrant la semaine passée à Paris Anouar Kbibech, le tout nouveau président du Conseil français du culte musulman. Il l'a l'invité à se rendre dans la vallée de l’Arve pour lui parler de la situation. Une visite qui si elle est organisée devrait apaiser les tensions qui restent vives. Loïc Hervé a reçu des menaces de mort à caractère raciste mais les gendarmes sont remontées jusqu'à leur auteur connu des forces de l'ordre mais pas pour des faits de radicalisation.

( 28 avril 2017 )

 

Les trois jours blancs de Cha’ban 1438/Mai 2017. Jeûner trois jours renouvelle le système immunitaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mois de Cha’ban 1438 ayant débuté Vendredi 28 Avril 2017 selon les observations de l’Observatoire Lunaire des Musulmans de France, les trois jours blancs correspondront donc au mercredi 10 mai (13e), jeudi 11 mai (14e) et vendredi 12 mai (15e) In sha’Allah.

Concernant le mérite des trois jours blancs, d’après ‘Abdel Malik Ibn Qudama Ibn Malhan, d’après son père (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) nous ordonnait de jeûner les jours blancs, le 13, le 14 et le 15 et il disait: « Ceci est comme le jeûne du mois entier ».
(Rapporté par Nasai et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Taghrib n°1039)

 

Des chercheurs d’une équipe de l’Université deCalifornie du sud (USC) affirment avoir trouvé le moyen de contraindre le corps humain à se régénérer. Une découverte annoncée comme «capitale».

 

Jeûner pendant 72 heures peut permettre de reconstruire l’ensemble du système immunitaire même chez les personnes âgées ou gravement malades telle est la conclusion de cette nouvelle étude scientifique.

Le prophète ﷺ avait l’habitude de jeûner les jours blancs, qui sont les treize, quatorze et quinze de chaque mois hégiriens, qu’il soit chez lui ou en voyage comme nous le rapport Ibn ‘Abbas -Qu’Allah l’agrée-.

Le Prophète ﷺ  jeûnait toujours les « jours blancs », qu’il soit chez lui ou en voyage.

 

Le  prophète ﷺ nous a recommandé de jeûner trois jours par mois dans plusieurs hadtihs, comme le rapporte les compagnons Abu Hourayra et Abu Darda -Qu’Allah les agrées- :

 

Abou Hourayra -Qu’Allah l’agrée- a dit : « Mon ami intime ﷺ  m’a recommandé trois choses : jeûner trois jours par mois, accomplir deux rakaat durant la matinée (duha) et accomplir le witr avant de m’endormir. » [Bukhari et Muslim]

Abou Darda -Qu’Allah l’agrée- rapporte : « Mon bien-aimé ﷺ  m’a recommandé trois choses que je ne délaisserai pas ma vie durant : jeûner trois jours par mois, accomplir la salat duha (matinée) et ne pas m’endormir sans avoir au préalable accompli le witr. » [Muslim]

 

Selon les chercheurs d’USC, jeûner lance un processus de régénération. «Cela donne le feu vert à la moelle osseuse pour reconstruire l’ensemble du système immunitaire» explique Valter Longo, professeur de gérontologie et de biologie à l’Université de Californie du sud. «Et la bonne nouvelle est que le corps se débarrasse des parties du système immunitaire abîmées ou âgées et inefficaces, pendant le jeun. Et si vous partez d’un système fortement endommagé par une chimiothérapie ou le vieillissement, les cycles de jeûne peuvent permettre de  créer, littéralement, un nouveau système immunitaire».

 

Les jeûnes prolongés contraignent en fait le corps à consommer ces réserves de glucoses et de graisses mais aussi détruisent une proportion importante des globules blancs. «Quand vous vous privez de nourriture, le corps essaye d’économiser l’énergie dépensée et pour cela recycle un grand nombre de cellules du système immunitaire qui ne sont pas indispensables, notamment celles qui sont abimées».

Ainsi, pendant le jeûne, le nombre de globules blancs baisse fortement et augmente rapidement quand la personne s’alimente à nouveau. Le jeûne a aussi un autre effet bénéfique, il réduit la présence dans le corps de l’enzyme PKA qui est liée au vieillissement et augmente les risques de cancer et de croissance des tumeurs.

«Il n’y a pas de preuve que jeûner soit dangereux mais il y a de grandes preuves que ce soit bénéfique», résume Valter Longo.

 

Source : Slate.fr

 

( Le 09 Octobre 2016 )

 

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

 

La louange est à Allâh. Nous Le louons. Nous demandons qu’Il nous aide et qu’Il nous maintienne sur la voie de droiture. Nous Le remercions et nous recherchons Sa protection contre le mal de nos âmes. Certes, celui que Allâh guide est bien guidé et nul ne peut guider celui qu’Il égare. Je témoigne qu’il n’est de dieu que Dieu, Celui Qui est Unique, Qui n’a ni associé ni semblable ni égal et je témoigne que notre Maître, notre bien-aimé, notre chef, notre guide, la joie de nos yeux, Mohamed (SAS) est Son Messager, Son élu et la créature qu’Il agrée le plus. Que Allâh l’élève davantage en degrés, lui ainsi que tous les autres Messagers.

 

Achoura 10 MouHarram 1438 sera le 11 octobre 2016 inch'Allah. Il est recommandé de jeûner ce jour, ainsi qu’un jour avant (et un jour après).

 

Le jour de `Achôurâ’ est le dixième jour du mois de MouHarram. Les savants sont unanimes à considérer le jeûne de ce jour comme étant recommandé et non pas obligatoire. Cette recommandation est tirée du Hadîth rapporté dans les SaHîH de Al-Boukhâriyy et de Mouslim :

 

«إن هذا اليوم يوم عاشوراء ولم يكتب الله عليكم صيامه فمن شاء فليصمه ومن شاء فليُفطِر»

(innâ hâdha l-yawma yawmou `Achôurâ’ wa lam yaktoubi l-Lâhou `alaykoum Sîyâmahou, faman châ’a fa l-yaSoumhou wa man châ’a fa l-youfTir )

 

ce qui signifie : « Aujourd’hui c’est le jour de `Achôurâ’, Dieu n’a pas fait un devoir pour vous de le jeûner ; que celui qui le veut jeûne, et que celui qui ne le veut pas ne jeûne pas ».

 

Les savants ont tiré des textes rapportés au sujet de ce jeûne qu’il s’agit bien d’une recommandation et non d’une obligation.

 

Le jour de `Achôurâ’ est le jour durant lequel Allâh a sauvé Moussa (Moïse) et a fait noyer Pharaon. C’est aussi le jour où Il a accepté le repentir de ‘Adam, où Il a sauvé l’Arche de Nouh (Noé).

L’Imam Mouslim a rapporté que `Abdou l-Lâh Ibnou l-`Abbâs que Allâh les agrée tous les deux, a dit : « Le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam est arrivé à Médine l’Illuminée, a trouvé des individus parmi les fils de Israël qui accomplissaient le jeûne de `Achôurâ’. Ils furent interrogés à ce sujet. Ils répondirent : « C’est en ce jour que Dieu a donné la victoire à Moussa (Moise) et aux fils de Israël (descendants du prophète Yacoub (Jacob)) sur Pharaon aussi nous jeûnons ce jour afin de le commémorer ».

Alors, le Prophète Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam dit :

« نحن أولى بموسى منكم »

(naHnou awlâ bi-Moussa minkoum)

 

ce qui signifie : « Nous sommes plus proches de Moussa (Moise) que vous », c’est à dire que nous avons la même religion que Moise à savoir l’Islam. C’est alors que le Messager de Allâh ordonna aussitôt de jeûner ce jour (de façon recommandé).

 

Al-Boukhâriyy a rapporté, dans le Hadîth du Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam :

« الأنبياء إخوة لعلات دينهم واحد وأمهاتهم شَتَّى وأنا أولى الناس بعيسى ابن مريم ليس بيني وبينه نبي »

(al-an’biyâ’ou ikhwatoun li`allât, dînouhoum wâHid wa oummahâtouhoum chattâ wa ‘anâ awla nnâsi bi-`Iça bni Maryam layça baynî wa baynahou nabiyy)

 

ce qui signifie : « Les prophètes sont comme des frères de mères différentes. Leur religion est la même, [c’est l’Islam] et leurs lois sont différentes. Je professe la même religion que Issa (Jésus), fils de Maryam (Marie) et il n’y a pas de prophète entre lui et moi ».

 

Les prophètes sont comme des frères de mères différentes. Le Prophète Mohamed (SAS) a assimilé ainsi, les prophètes. Puisque les prophètes ont la même religion, leur croyance est la même. Ils sont tous venus avec l’Islam qui est la religion agréée par Dieu pour ses créatures. Les lois des prophètes sont multiples tout comme les frères « li`allât » ont des mères différentes. Puis le Prophète a ajouté : « Je professe la même religion que Issa (Jésus) le fils de Maryam (Marie) plus que tout autre, il n’y a pas entre lui et moi, de prophètes. Le Prophète Mohamed (SAS) a dit aux individus parmi les fils de Israël qui étaient en train de jeûner le jour de `Achôurâ’, ce qui signifie : « Nous sommes plus proches de Moussa (Moïse) que vous ». En effet, ces individus parmi les fils de Israël ont démenti Moussa `alayhi s-salâm, Ils n’ont pas cru en lui. Ils n’ont pas cru en sa loi et l’ont même calomnié. Ils ont attribué mensongèrement des paroles à Moussa. Ils ont prétendu que Moussa (Moise) leur avait dit de ne croire à aucun autre prophète après lui. Ils ont aussi démenti le Messager d'Allâh Mohamed (SAS)

Ils avaient d’ailleurs démenti auparavant, Issa (Jésus) fils de Maryam (Marie) `alayhi s-salâm.

 

C’est donc ces individus parmi les fils de Israël que le Messager d'Allâh (SAS) a trouvé à Médine l’Illuminée en train de jeûner le jour de `Achôurâ’, le dixième jour de MouHarram, premier mois de l’année de l’Hégire.

 

Notre Prophète Mohamed (SAS) a recommandé de jeûner aussi le jour de Tâçou`â’, le neuvième jour du mois de MouHarram.

 

Cette recommandation est tirée de la parole du Prophète :

« لأِنْ عِشْتُ إِلَى قَابِل لأَصُومَنَّ التَّاسِع »

ce qui signifie :

« Si je vis jusqu’à l’année prochaine, je jeûnerai le neuvième jour. » [Rapporté par Mouslim].

 

Le Messager de Dieu est toutefois décédé avant cela. Certains savants ont dit que la sagesse dans le jeûne du neuvième jour du mois de MouHarram, c’est la précaution car il est possible que l’on se trompe dans la détermination du début du mois. Ils ont dit aussi que c’est une manière de nous distinguer des non musulmans des fils de Israël qui jeûnent le 10 de ce mois uniquement. D’autre part, si l’on ne jeûne pas le neuvième jour avec le dixième, que l’on jeûne le onzième. Ach-Châfi`iyy a même recommandé explicitement de jeûner les trois jours.

Le récit est que Moussa (Moïse) `alayhi s-salâm avait appelé Pharaon à l’Islam, son Seigneur l’a aidé pour cela, il y avait avec lui son frère Hârôun. Le Seigneur lui a révélé ainsi qu’à son frère Hârôun `alayhi s-salâm d’aller auprès de Pharaon qui était injuste et de lui adresser de douces paroles afin que Pharaon fasse preuve de discernement et qu’il craigne Dieu. Mais Pharaon n’a pas cru en Allâh, comme Seigneur ni en Moussa comme prophète et messager ni en l’Islam comme religion. Il dit plutôt : « Je n’ai pas connu pour vous, d’autre Dieu que moi ». Il disait à son peuple : « Je suis votre Seigneur ». Il fit preuve d’injustice et mécrut. Allâh ta`âlâ écrasa alors les tyrans et les contraignit par la mort. Que s’est-il produit ? Moussa, le fils de `Imrân, s’engagea dans la mer rouge. Il avait auparavant frappé de son bâton la mer. Aussitôt, la mer se dressa de chaque côté telle de grandes montagnes. Des chemins de terre ferme se formèrent devant lui. Notre maître Moussa (Moïse) `alayhi s-salâm était accompagné de 600 000 croyants. Lorsque Pharaon, ses soldats et les mécréants rattrapèrent Moussa (Moïse), leur nombre était de 1 600 000 hommes. Lorsque Pharaon les rattrapa, il vit devant lui, une terre ferme entre deux montagnes d’eau. Il s’ engagea à son tour sur le chemin de terre ferme. C’est alors que sur ordre de Allâh, la mer se referma sur elle-même engloutissant Pharaon. Allâh fit noyer Pharaon et ceux qui étaient avec lui. Les hommes qui étaient avec lui mais qui ne s’étaient pas engagés à ses côtés prétendirent que Pharaon n’était pas mort noyé aussi, Allâh leur fit voir son cadavre, gonflé flottant sur l’eau. Pharaon était mort. Avant qu’il ne succombe à la noyade, il avait dit : « Je crois en Celui en qui ont cru les fils de Israël et je suis au nombre des musulmans » mais il avait dit cela après avoir perdu tout espoir de vivre et donc cela n’a pas été accepté de lui. Allâh, le très Haut, dit :

 

« آلآنَ وَقَدْ عَصَيْتَ قَبْلُ وَكُنتَ مِنَ الْمُفْسِدِينَ »

ce qui signifie : « Est ce maintenant , alors qu’auparavant tu as désobéi et tu étais aux nombre des corrupteurs », [sôurat Yôunous / 90].

 

En ce jour aussi Allâh a pardonné le petit péché du prophète Adam `alayhi s-salâm et en ce jour aussi que Dieu a sauvé le prophète NOUH (Noé) et les musulmans qui étaient avec lui dans le bateau.

 

Selon Abou-Qatâdah, que Dieu l’agrée, que le Messager d' Allâh صلى الله عليه وسلم a été interrogé sur le jeûne du jour de `Achôurâ’, il a dit, ce qui signifie : « expie [les péchés de] l’année passée » [rapporté par Mouslim].

 

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde

 

La Mosquée de Cluses a le plaisir d’annoncer que l’Aïd El-Adha (fête du sacrifice) sera célébré le lundi 12 septembre 2016 correspondant au 10ème jour du mois de Dul-Hijja 1437, au lendemain du grand rassemblement des pèlerins sur le Mont Arafat.

 

A cette occasion, nous présentons nos meilleurs vœux à tous les musulmans de France et les appelons à faire de cette fête un jour de partage, de fraternité, de solidarité et de prière avec l’ensemble de la communauté nationale.

 

La Grande Prière de l'Aïd El-Adha 2016 aura lieu

à 8h00 au Parvis des Esserts, 36 rue du marcelly

74300 Cluses

Merci d'apporter vos tapis de prière. Barak'Allah Oufikoum

 

Nous rappelons que le sacrifice par délégation est autorisé de façon unanime. Il est largement pratiqué, notamment, par les pèlerins le jour de l’Aïd El-Adha.

Les capacités des abattoirs étant limitées, il est recommandé d’étaler l’abattage sur les trois jours de L’Aïd El-Adha.

( 08 Septembre 2016 )

Visite en images des tombes de tous les Prophètes (A.S), de leurs familles, des compagnons, des grands imams, et plus encore ....

FÊTE DE l’AÏD AL-FITR MERCREDI 6 JUILLET 2016

 

Lundi 4 juillet 2016 – Correspondant au 29 Ramadhan 1437/H, « Nuit du Doute », réunie à la Grande Mosquée de Paris, la commission théologique, présidée par son Recteur le Docteur Dalil Boubakeur, en présence d’imams, de personnalités musulmanes, de responsables associatifs de mosquées, de présidents et représentants des fédérations musulmanes (UOIF, FGMP, FAICCA, RMF) et du Président du Conseil français du culte cusulman (CFCM) M. Anouar Kbibech, informe les musulmans de France que :

 

La Fête de l’AÏD AL-FITR est fixée au :

Mercredi 1er CHAWWAL 1437 de l’Hégire, correspondant au :

 

MERCREDI 6 JUILLET 2016

 

La Prière de l’Aïd Al-Fitr sera célébrée Mercredi 6 juillet 2016
à 9h00 au parvis des esserts à Cluses

 

Nous implorons Allah Tout Puissant pour qu’Il accepte notre jeûne
et qu’Il nous comble de Sa Clémence et de sa Miséricorde.

Ramadhan 1437-H : Nuit du Doute lundi 4 juillet 2016 pour fixer la date Aïd al-Fitr

( 04 Juillet 2016 )

 

Pour déterminer la fin du mois béni de Ramadhan et annoncer à la communauté musulmane de France la date du jour de l’Aïd Al-Fitr, le Recteur de la Mosquée de Paris, la Commission théologique de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris, les membres du bureau exécutif du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), des imams, des personnalités musulmanes, des responsables associatifs de mosquées et de grandes fédérations musulmanes se réuniront à la Grande Mosquée de Paris :

 

Lundi 4 juillet 2016
correspondant au 29 Ramadhan 1437/H
« Nuit du Doute »
à 18h00

Nous sommes dans les derniers jours du mois béni de Ramadan, un mois au cours duquel le temps passe si vite subhan Allah, alors que la fête de l’aid al fitr approche à grand pas.

 

Quel comportement adopter le jour de l’Aïd ?

 

D’après Aicha qu’Allah l’Agrée, le prophète Mohamed (que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui - SAS) a dit : « Toute nation a ses festivités et voilà les vôtres. » (rapporté par al Boukhâry). Ici, le prophète (SAS) fait référence aux 2 fêtes musulmanes légiférées par Allah ‘azzawajel : la première étant celle de l’Aïd Al-Fitr (fête de rupture du jeûne), et la seconde étant celle de l’aid al adha ou aid al kebir (fête survenant après le Hajj, ou fête du mouton).

 

Durant le jour de l’Aïd, il est interdit de jeûner, comme le confirme un hadith rapporté par Abû Sa’îd Al-Khoudri (qu’Allah l’Agrée) dans lequel il rapporte que le Prophète (SAS) a interdit de jeûner le jour de la rupture du jeûne et le jour de la fête du sacrifice (al-Adhâ). (Rapporté par Muslim). Le musulman peut prendre un bain rituel (le ghusl), s’habiller de vêtements neufs et propres, se parfumer, et manger quelque chose, des dattes par exemple, avant de se rendre à la prière de l’Aïd à la mosquée, à laquelle il se doit d’assister au même titre que la musulmane.

 

Il est recommandé aussi car c’est une sounnah, de prononcer à voix basse le takbir en disant : « Allahou Akbar Allahou Akbar La ilaha ila Allah, Allahou Akbar Allahou Akbar wa Li lahi al Hamd »pendant tout le trajet (à pied de préférence) à la mosquée. Il est rapporté par Ad-Dâraqoutnî et d’autres que lorsque ‘Omar (qu’Allah l’Agrée) sortait le jour de l’Aïd al-Fitr ou de l’Aïd al-Adhâ, il s’efforçait de faire le takbir tout le long du chemin vers le lieu de prière et il continuait jusqu’à l’arrivée de l’Imam. Par ailleurs, il est dit que le prophète Mohamed (SAS) changeait son chemin au retour de la mosquée.

 

Enfin, et par ce que ce jour symbolise l’adoration, la joie mais aussi la fraternité et la miséricorde d’Allah ‘azzawajel sur Ses êtres, les musulmans doivent se féliciter mutuellement et se souhaiter meilleurs voeux. Ils peuvent par exemple dire « Aidkom Moubarak. Taqabal Allah lana wa lakom. Wa ghafar Allah lana wa lakom » qui signifie « Heureux Aid, Puisse Allah Agréer nos bonnes œuvres et les vôtres, et nous Accorder Son Pardon, ainsi qu’à vous ».

 

C’est donc de cette manière que le croyant doit profiter des 2 fêtes musulmanes pour se rapprocher d’Allah le Très Haut, en multiplier les actes d’adorations et les bonnes œuvres sur la voie d’Allah. A ce titre, on peut considérer le jour du vendredi durant laquelle s’accomplit la prière du joumou’a comme une fête hebdomadaire.

Le 1er ministre canadien souhaite un bon Ramadan aux musulmans [vidéo]

( 07 Juin 2016 )

 

Le 1er ministre canadien Justin Trudeau a souhaité dans un superbe discours un bon Ramadan aux musulmans canadiens et à tous les musulmans du monde.

Il a effectué un rappel à ses concitoyens sur l’importance de ce mois béni pour la communauté musulmane qui vit au rythme de la dévotion et de la solidarité. Il s’est ensuite réjoui de la diversité du Canada et de ses différences enrichissantes. Un discours qui rendrait jaloux même un imam …

En France, pays qui compte pourtant la plus grande communauté musulmane d’Europe, aucun membre du gouvernement n’a daigné s’exprimer ainsi sur un grand média. Même sur Twitter, souvent utilisé pour les messages rapides, ni le président Hollande ni son premier ministre Valls n’ont adressé de communication amicale

Ce silence des élites politiques françaises  qui dure depuis des années est significatif du mépris accordé à une communauté qui représente un sixième du pays.

C’est en voyant les discours et communications des leaders des grandes démocraties occidentales pour ce Ramadan 2016 que beaucoup de musulmans en France se rendent comptent du non respect systémique de la France envers sa minorité musulmane.

Et pourtant, pour attaquer l’Islam et les musulmans les déclarations ne manquent jamais chez ces mêmes personnes … Un constat amer pour toute une communauté qui vit en France depuis des siècles et qui compte une dizaine de millions de fidèles.

Le Jeûne du mois béni de Ramadhan : conseils et avis religieux

( 06 Juin 2016 )

 

Le Jeûne du mois béni de Ramadhan
 » Siyyam Sharu Ramadhan « 

Témoignage de gratitude envers notre Créateur, le jeûne durant le mois de Ramadhan est la quatrième obligation (pilier) de l’Islam. Il a été instauré dans le Coran en l’An II de l’Hégire.

Il incombe à tout fidèle en état physique et mental de l’accomplir.

En sont dispensés :

  • Les enfants impubères
  • Les gens très âgés
  • Les déséquilibrés
  • Les femmes en couches ou durant leurs règles
  • Les femmes qui allaitent
  • Les voyageurs qui font un trajet de 30 km (sur une monture)
  • L’état de maladie chronique (ex. le Diabète)
  • L’état de maladie aigue (ex. l’hospitalisation et tout saignement sérieux.
  • Le Prophète (SAWS) a dit : « Tout ce que l’homme pratique, il le fait dans son intérêt, sauf le Jeûne qu’il fait pour Allah ! »

Le jeûne est prescrit dans le Coran (II-185)

 « Ô vous qui croyez ! Le Jeûne vous est prescrit, à l’instar de ceux qui vous ont précédés pour manifester votre piété. Il vous est prescrit de jeûner un nombre déterminé de jours. Celui qui d’entre vous est malade ou en voyage, peut s’en dispenser, quitte à jeûner plus tard un nombre égal de jours. Ceux qui peuvent observer le jeûne et le rompent, doivent se racheter moyennant la nourriture d’un pauvre (par jour). Quiconque (ce faisant) se montrera très large, en retirera un plus grand avantage. Mais en tout état de cause, il est préférable pour vous de jeûner…

 » Le mois de Ramadhan est celui au cours duquel le Coran a été révélé pour servir de direction aux hommes, d’explication claire aux préceptes (divins), de critère à la vérité et à l’erreur. Quiconque aura perçu la nouvelle lune (marquant le commencement du mois) devra observer le jeûne. Dieu veut rendre non pas difficile, mais facile pour vous (l’accomplissement des obligations religieuses.

« Jeûnez jusqu’à la fin de la durée fixée et magnifiez Dieu pour la bonne direction où Il vous a mis, pour Lui prouver votre reconnaissance ».

La pratique du jeûne est une protection contre les transgressions. Le Prophète (SAWS) a dit : « Lorsque quelqu’un d’entre vous jeûne, qu’il ne tienne point des propos déshonnêtes, ne vocifère point. Si quelqu’un l’insulte ou l’attaque et (qu’il ne réagisse point) qu’il dise « je jeûne ».

En cas de souillure corporelle, le fidèle peut se purifier après le lever du soleil et jeûner valablement.

En cas de force majeure l’interruption du jeûne reporte celui-ci à une des journées qui suit le Ramadhan devant les onze mois suivants.

Il consiste également (Kaffara) à nourrir un pauvre à raison d’un «mudd » (750 g de blé) soit à jeûner durant un temps sans interruption (2 mois successifs).

Voici les questions qui peuvent se poser durant le jeûne :

La semaine du jeûne. Comment jeûner seul

Qui peut jeûner seul ?
Quand faut-il s’abstenir de jeûner seul ?
Comment jeûne-t-on le mieux ?
Quand et où peut-on le mieux jeûner ?

  • Jeûner chez soi
  • Jeûner en vacances
  • Jeûner dans la vie de tous les jours
  • Règles particulières pour jeûner au travail

Qui peut vous conseiller pendant la semaine de jeûne

Les préparatifs pour la semaine de jeûne

  • Les achats
  • Faire table rase
  • Ce qu’il faut préparer

Programme du jeûne

Le jour de transition
Le premier jour de jeûne
Menu type d’un jour de jeûne
Le deuxième jour de jeûne
Le troisième, quatrième et cinquième jour de jeûne

Jeûner correctement et sans effort

Le matin au lever

L’élimination organique. Comment la diriger correctement

  • Par l’intestin
  • Par le système urinaire
  • Par la peau
  • Par les poumons
  • Par les muqueuses des voies respiratoires
  • Par le vagin
  • Par la bouche
  • Le « nettoyage de l’âme »

Que peut faire le jeûneur ? Quelles sont ses limites ?

Se reposer trois fois par jour

Un mot sur la détente

Le sommeil

  • Prélude à la nuit
  • La nuit de jeûne

Chaleur

Ce qui peut changer pendant le jeûne

  • La vue
  • L’intelligence
  • La mémoire
  • Les capacités sexuelles
  • Les règles

Comment se sent-on pendant le jeûne ?

  • Les fatigues passagères
  • Les « crises » de jeûne

 

Journal de jeûne et bilan général

Le poids

  • Votre bilan pondéral
  • Tableaux de contrôle pondéral

Ce que l’on gagne à perdre

Une meilleure santé
Une peau embellie

Comment votre conjoint peut vous aider

Surmonter les tentations
Prolongations du jeûne

La fin du jeûne et la reprise progressive de l’alimentation

Achats pour les deux premiers jours de reprise alimentaire
Arrêt du jeûne et reprise alimentaire – une étape essentielle
Menus pour les jours de reprise alimentaire

L’organisme pendant la reprise

  • Durée d’une bonne reprise
  • Production de sucs digestifs
  • Circulation sanguine
  • Régulation de l’eau
  • La fonction intestinale

Les « séquelles » du jeûne

Les erreurs de reprise

Conseils pour l’après-jeûne

  • S’alimenter de façon pondérée
  • Adopter des aliments complets
  • Renoncer au tabac et à l’alcool
  • Groupes d’entraide mutuelle
  • Le jeûne, période de réflexion.

Le Coran prescrit

 « Yessirou wa la To’assiru » facilitez les choses et ne les rendez pas difficiles
« Dieu n’impose rien à l’âme qui soit au dessus de sa capacité »
« Point de contrainte en religion, la vérité se distingue assez de l’erreur »
« Ne vous jetez pas de vous-même dans une chose nuisible »

LES PROBLEMES DE SANTE RENCONTRES DURANT LE MOIS DE RAMADHAN QUI NECESSITENT UNE CONSULTATION MEDICALE :

I – La canicule

  • Protéger les bébés
  • les sujets âgés
  • espaces frais recommandés
  • nébulisation d’eau fraîche si possible
  • à éviter l’exposition au soleil
  • Hydrater impérativement
  • Ne pas laisser seule une personne âgée.

II – Le coup de chaleur

  • Selon âge
  • Selon antécédents
  • Mature
  • Sobre
  • Consciente

III – Troubles mineurs, habituels

  • Déshydratation, soif
  • Asthénie
  • Somnolence
  • Hypersudation
  • Troubles de l’humeur : irritabilité
  • Céphalées
  • Vomissements
  • Vertiges
  • Plus ou moins délires discrets
  • Irritabilité
  • Malaise vagal
  • Quelques troubles visuels (éblouissement – acuité)
  • Hypota, lipothymies, confusions

IV – Pathologie associée

  • Diabète (risque Hypo et hyper glycémie déséquilibre)
  • Insuffisance rénale
  • HTA, obésité
  • Insuffisance cardiaque
  • Psychiatrie
  • Décompensations diverses, métaboliques, insomnie.

 

Communiqué Mosquée de Paris ( 1er Juin 2016 )

 

 

Ramadan 2016 : Annonce officielle de la Cour suprême d' Arabie Saoudite & de la Mosquée de Paris

( 05 Juin 2016 )

 

Ramadan 2016 : la Cour suprême saoudienne a annoncé officiellement que le croissant de lune a été observé aujourd’hui. Le mois sacré du ramadan 2016 / 1437 débutera donc le lundi 6 Juin 2016 in-cha’Allah.

 

Les musulmans de France sont entrés depuis lundi 6 juin 2016 dans le jeûne du mois de Ramadhan. Leurs représentants ont ouvert ce mois sacré par un message d’unité. Finies les dissensions entre fidèles attachés à̀ la détermination du calendrier musulman par calcul astronomique et partisans de l’observation lunaire.  A l’appel du Recteur Dalil Boubakeur, dimanche soir 5 juin, à la Grande Mosquée de Paris, le Conseil français du culte musulman (CFCM) et les grandes fédérations de mosquées (FNGMP, RMF, UOIF, CCMTF, Foi et Pratique, FAICCA, etc.) ont été unanimes à̀ décréter que le Ramadhan commencerait lundi 6 juin à l’aube.

Les autorités religieuses ont opté pour la date choisie par le plus grand nombre de pays musulmans, comme l’Arabie saoudite, l’Indonésie ou encore l’Algérie, première terre d’origine des fidèles français. 

Le jeûne du mois de Ramadhan est un rite massivement suivi par les musulmans de France, avec plus de 70% voire 80% de jeûneurs, selon les études. C’est le premier marqueur de pratique religieuse dans une population musulmane estimée au sens large (croyants ou non) à̀ cinq millions de personnes, ce qui en fait la deuxième religion de France.

Le ministre de l’Intérieur – et des Cultes -, Bernard Cazeneuve, a pour sa part adressé un message de « sympathie et de considération » à « l’ensemble des Français de confession musulmane », comme il l’a fait ces derniers mois pour les chrétiens fêtant Pâques et les juifs célébrant Pessah. La laïcité « permet à̀ tous les croyants de pratiquer leur culte dans des conditions dignes et paisibles », a-t-il rappelé́.

L’Aïd-el-fitr, la Fête de la rupture du jeune qui referme le Ramadhan, aura lieu autour du 6 juillet.

 

 

Le mois de Chaabane est arrivé : mois de jeûne et d’adoration, annonce le Ramadan

( 13 Mai 2016 )

 

Le croissant de lune a été observé dans la nuit de Samedi 7 à dimanche 8 confirmant le premier jour du mois de Chaabane 1437 de l’Hégire. C’est un mois où le jeûne est vivement recommandé, de même que tous les actes d’adoration. Il permet ainsi de se préparer au mois béni du Ramadan. Dans un hadith, le Prophète (SAS) demandait à Allah Azawajjal de bénir ce mois, ainsi que celui de Rajab :  « Ô Allah! Bénis-nous les mois de Rajab et de Chaabane et fais-nous parvenir au mois du Ramadan! » (Rapporté par Ahmed et Annassaï)

 

Un hadith appuie les mérites du jeûne durant ce huitième mois hégirien. Il n’est pas obligatoire, mais il est une tradition prophétique, qui plus est grandement récompensée.

D’après Ousama Ibn Zayd (qu’Allah l’agrée), j’ai dit : « Ô Messager d’Allah, je ne t’ai pas vu jeûner dans un mois autant que tu le fais dans le mois de chaabane! Alors le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Ceci est un mois à propos duquel les gens sont négligents, il est entre rajab et ramadan, c’est un mois durant lequel les actes sont élevés vers Allah, et j’aime que mes actes soient élevés alors que je jeûne« . (Rapporté par Nasaï et authentifié par Cheikh Albani)

Ou encore dans une autre version :

Le compagnon Oussama Ibn Zaïd (ran) raconte: « Le Messager d’Allah (SAS) jeûnait certains jours d’affilés à tel point que nous pensions qu’il ne s’arrêtait jamais. Et il mangeait certains jours d’affilés à tel point qu’il ne jeûnait plus si ce n’est deux jours par semaine. Il les consacrait séparément au jeûne en dehors des périodes où il jeûnait. Il n’y a pas un mois où il se consacrait le plus au jeûne que pendant Chaabane. Je lui posais la question à ce sujet :

« Cher Messager d’Allah! Tu te consacres au jeûne à tel point que tu ne le romps pratiquement plus. Et tu interromps le jeûne à tel point que tu ne t’y consacres pratiquement plus si ce n’est deux jours que tu consacres séparément au jeûne en dehors des périodes où tu jeûnes. « Quels sont ces deux jours? » Demanda-t-il. Le lundi et le jeudi lui répondis-je. Au cours de ces deux jours, les œuvres sont exposées au Seigneur de l’univers, et j’aime être en état de jeûne lorsque mes œuvres Lui sont exposées. Je ne te vois pas autant jeûner les autres mois que pendant celui de Chaabane. Les gens oublient ce mois qui se trouve entre Rajab et Ramadan. C’est pourtant le mois au cours duquel les œuvres montent vers le Seigneur de l’Univers, et j’aime être en état de jeûne lorsque mes œuvres Lui sont montées. » (Rapporté par Ahmed et Annassaï)

Ces paroles du Prophète (salaLlahou walayi wa sallam) soulignent l’importance d’accomplir de bonnes oeuvres puisque c’est le mois au cours duquel elles « montent vers le Seigneur de l’Univers ». Il rappelle également la négligence des gens quant aux mérites de ce mois.

 D’après Aïcha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (salaLlahou alayi wa sallam) jeûnait au point où nous disions: « Il ne rompt plus son jeûne »; et il rompait son jeûne au point où nous disions: « Il ne jeûne plus ». Je n’ai pas vu le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) jeûner un mois complet à l’exception du ramadan et je ne l’ai pas vu jeûner un mois autant que cha’ban. (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Ainsi, ce hadith montre clairement qu’après le mois de Ramadan, c’est le mois où le Prophète (salaLlahou alayi wa sallam) jeûnait le plus. Un autre hadith le confirme, lui aussi par la Mère des Croyants, Aïcha (Qu’Allah l’agréé) :

« Le Messager d’Allah (SAS) jeûnait tout le mois de Chaabane, il le jeûnait entier sauf peu (de jours). » 

(Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim)

 

A noter qu’il existe une divergence concernant le jeûne des quinze derniers jours du mois de Chaabane.

Profitons donc de ce mois de chaabane pour nous préparer physiquement, et surtout spirituellement, à accueillir le mois du Ramadan.

Derradji Atamna, président, et Youssef Rejaivi, vice-président, sont les bénévoles en charge de l’association qui a construit la mosquée

Cluses : Les musulmans à l'étroit !

( 26 Janvier 2016 )

 

Plusieurs salles de prière non officielles s’étaient développées ces dernières années dans le bassin clusien. L’état d’urgence y a mis un terme. Mais à la mosquée de Cluses, seul lieu officiel, la place manque cruellement.

 

On est jeudi lorsque Derradji Atamna, recteur de la mosquée de Cluses, nous accueille en compagnie du vice-président de l’association, Youssef Rejaivi. Les deux hommes sont inquiets. L’état d’urgence, qui a été décrété après les attentats du 13 novembre, puis prolongé jusqu’au 26 février, a créé un climat de suspicion autour des musulmans et des agressions verbales : « Toutes les femmes voilées ne sont pas des intégristes et tous les jeunes ne sont pas des salafistes !», s’indigne le recteur. Surtout, les mesures provisoires ont entraîné la fermeture de plusieurs locaux, qui étaient devenus salles de prière, dans les foyers alentour. Plus précisément, les salles des résidences sociales de Marnaz, Magland, Scionzier et Cluses sont désormais, sur décision du préfet, réservées aux résidents de ces foyers, par peur de prêches radicaux. Du coup, la mosquée de Cluses, déjà saturée auparavant, déborde. Car c’est le seul lieu officiellement reconnu par la mosquée de Paris, dont l’imam est d’ailleurs détaché directement.
C’est que depuis sa création en 1992, la petite Association culturelle arabo-musulmane « Espoir » de Cluses, a bien grandi. Au départ, elle a été  accueillie dans une salle par le diocèse d’Annecy, une proximité qui a favorisé le dialogue interreligieux dès l’origine, explique Derradji Atamna. Mais la salle est devenue rapidement trop petite. La centaine de fidèles se retrouvait alors à utiliser le local vélo ou même l’extérieur : « les conditions étaient très difficiles », explique le recteur. C’est ainsi que l’association a tenté d’acheter un terrain, rencontrant pas mal d’opposition, que ce soit au niveau politique ou des riverains. Jusqu’à ce que la municipalité suggère un terrain dans le quartier des Ewües qui sera acquis en 2007. Grâce aux dons des fidèles locaux, une mosquée est bâtie, sur trois niveaux, déjà pour anticiper une hausse du nombre de pratiquants. Avec la création de ce lieu entièrement dédié aux musulmans, le nombre de fidèles venant à la prière a augmenté. « On pensait que ça allait suffire ». Sauf que les enfants et petits enfants des premiers fidèles parfois « en recherche d’identité » se retrouvent eux aussi à  la mosquée.

 

Compréhension et écoute

 

Concernant les tensions entre l’Asli (Association savoisienne lumière d’Islam) et le maire de Marnaz, Loïc Hervé (voir ci-après), les représentants de l’association clusienne condamnent fermement les menaces dont a fait l’objet le sénateur. Mais pour l’avenir, ils appellent à un dialogue pour « trouver des solutions à long terme ». Il est prêt à accompagner les deux parties si elles se réunissent autour d’une table pour apaiser le dialogue. De même, il attend des politiques plus de « compréhension », d’écoute aussi, lui qui n’a reçu qu’une réponse des maires alentour suite au courrier qu’il leur a adressé face au manque de locaux auquel les musulmans font face dans le bassin clusien. Seul Thyez a répondu, indiquant que la commune était déjà dotée d’un lieu de culte pour les Turcs musulmans. « J’ai tiré la sonnette d’alarme ». À ses yeux, il vaudrait mieux avoir une structure officielle pouvant accueillir tout le monde. Une problématique qui pourrait donc, pourquoi pas, être gérée par l’intercommunalité. Une idée sans doute trop « utopique », se dit le recteur. « Les décisions des politiques sont prises dans la précipitation, au détriment de la population. Ce sont leurs citoyens. Si nos parents avaient l’idée de repartir au pays, nous on a posé nos valises. Nous et nos enfants sommes Français.»
Derradji Atamna s’est déjà adressé au préfet pour lui faire part de ses difficultés. Au départ, la mosquée accueillait une cinquantaine de personnes, aujourd’hui, ils seraient plus de 200. Il y a aussi 150 enfants et adultes qui viennent là pour apprendre l’arabe chaque semaine et d’autres qui participent à des cours du soir sur tous les thèmes liés à l’islam et la vie quotidienne. « Je suis démuni ». L’hiver est là et le recteur ne peut plus se permettre d’accueillir les gens à l’extérieur. Il a donc fait la demande pour obtenir l’autorisation d’installer, à ses frais, des bungalows provisoires dans la cour. Les devis ont déjà été réalisés. À plus long terme, les bénévoles imaginent la réalisation d’une extension. La municipalité a promis de les recevoir pour évoquer le problème. En attendant, c’est entassés dans toutes les salles de la structure, dans les escaliers, ou pour une poignée de courageux, sur des tapis, dehors, que les fidèles priaient vendredi 8 janvier. « Je ne peux pas laisser les gens comme ça, c’est indigne de nous », s’inquiète Derradji Atamna. « À situation exceptionnelle, il faut des décisions exceptionnelles ».
Le recteur ne nie pas les quelques cas de radicalisation, mais affirme qu’elle « n’a pas lieu dans notre mosquée, mais sur internet. On a un imam très compétent et qualifié, qui explique qu’il ne faut pas aller prendre ses informations sur internet, on ne peut pas chercher des interprétations partout dans le monde, on est imprégnés de la culture française. Mais certains jeunes sont influençables, à l’adolescence, on veut changer le monde », avoue le recteur, démuni. Lui qui doit toujours se justifier, même s’il a mis un point d’honneur à participer aux différentes manifestations de soutien aux victimes des attentats de janvier et novembre 2015.
S’il est parfois critique envers les élus locaux, le message qui tient réellement à cœur à Derradji Atamna est celui de l’apaisement. « Il faut laisser passer l’état d’urgence et se remettre autour d’une table, tout le monde en sortira grandi. C’est dans ces moments-là que l’on reconnaît les grands hommes ou femmes politiques ».

 

Anaïs Greusard (Journaliste du Faucigny)

Le monde de l’invisible : la croyance aux anges et leurs caractéristiques

( 29 Janvier 2016 )

 

Tout musulman croit au monde de l’invisible puisque cette croyance fait partie intégrante de la foi. Dans ce monde de l’invisible, existent les anges qu’Allah nous a décrits dans Son Livre et que Son Messager (‘alayhi salat wa salam) a également évoqués. Nous lançons aujourd’hui la série « le monde de l’invisible » à commencer par la croyance aux anges. Nous nous intéressons pour ce premier article à la croyance aux anges en tant que pilier de la foi ainsi qu’à leurs caractéristiques.

 

Croire aux anges, un pilier de la foi

 

Il a été rapporté dans le célèbre hadith dans lequel Jibril (‘alayhi salam) rend visite au Prophète (‘alayhi salat wa salam) pour l’interroger sur l’Islam, sur la foi et sur la perfection dans l’adoration, que la croyance aux anges est un pilier de la foi. C’est ainsi que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a dit : « La foi consiste à croire fermement en Allah, ses anges, ses livres, ses messagers, au Jour dernier et enfin croire fermement au destin qu’il soit bon ou mauvais ». (Muslim).

La croyance aux anges constitue donc un pilier, sans lequel la foi ne peut être complète. Notre Seigneur a évoqué cette croyance aux anges dans le Saint Coran en expliquant qu’elle faisait partie de la bienfaisance. Il a ainsi révélé : {Mais la bienfaisance consiste à croire en Allah, au Jour dernier, aux anges, au livre et aux Prophètes} (Sourate 2 : Verset 177). Le fait de croire aux anges fait donc partie de la bienfaisance comme l’a dit Allah.

Au delà de cela, croire fermement aux anges fait partie de ce que nous a enseigné le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam). Lui-même a cru aux anges au même titre qu’il a cru à la révélation divine. C’est ainsi qu’Allah dit : {Le Messager a cru en ce qu’on a fait descendre vers lui venant de son Seigneur, ainsi que les croyants : tous en cru en Allah, en Ses anges, à Ses livres et en Ses Messagers} (Sourate 2 : Verset 285).

L’éminent Cheikh Al Fawzan (qu’Allah le préserve) a expliqué que la signification de la croyance aux anges est le fait de « croire en leur existence et aux actes qu’ils accomplissent dans cet univers. Les anges font partie des créatures d’Allah. Allah les a créés pour qu’ils l’adorent et mettent ses ordres à exécution dans cet univers. Allah envoie donc les anges pour mettre ses ordres à effet ».

 

Les caractéristiques des anges

 

Les anges sont donc des créatures à part entière, créées par le Créateur des cieux et de la terre. Il nous est impossible d’imaginer comment sont les anges mais nous pouvons appréhender leurs caractéristiques par le biais du Saint Coran et des ahadiths.

Pour commencer, il faut savoir chers frères et sœurs, que les anges ont été créés de lumière. D’après Aisha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Les anges ont été créés de lumière, les djinns d’une flamme d’un feu pur et il créa Adam de ce qui vous a été mentionné » (c’est à dire d’argile NDR) (Muslim). La lumière est donc la source qui a permis de construire les anges machaAllah.

Au delà de leur création, les anges sont caractérisés par le fait qu’ils constituent la plus grande armée d’Allah. En effet, notre Seigneur évoque à de nombreuses reprises les anges en tant qu’armée comme dans Sa parole {A Allah appartiennent les armées des cieux et de la terre} (Sourate 48 : Verset 4). Les anges sont donc très nombreux si bien que nous ne pouvons imaginer leur nombre. Notons qu’Allah a fait de dix-neuf d’entre eux les gardiens de l’Enfer.

Il nous faut également savoir chers frères et sœurs que les anges sont d’immenses créatures. Ils sont en effet d’une taille impressionnante, qu’on ne peut appréhender. Ils possèdent d’ailleurs plusieurs ailes. Allah les a décrits de la manière suivante : {Louange à Allah, Créateur des cieux et de la terre qui a fait des anges des messagers dotés de deux, trois ou quatre ailes} (Sourate 35 : Verset 1). Certains anges possèdent bien plus que quatre ailes. Parmi eux, notons que Jibril (‘alayhi salam) a été vu par le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) alors qu’il possédait 600 000 ailes, chacune d’entre elles couvrait l’horizon sobhanAllah. L’apparence de Jibril (‘alayhi salam) est d’ailleurs évoquée dans le Saint Coran comme étant d’une grande beauté.

Enfin, une des caractéristiques des anges est leur grande force par la Grâce d’Allah. Jibril (‘alayhi salam) est qualifié de celui qui a une force impressionnante comme suit : {Que lui a enseigné celui dont la force est prodigieuse} (Sourate 53 : Verset 5). Parmi les preuves de l’importante force des anges, il y a le fait qu’un seul soufflement dans la Trompe au Jour dernier, foudroiera tous les habitants des cieux et de la terre, sauf ceux qu’Allah aura décidé d’épargner comme cela a été décrit dans sourate Zummar. Ce soufflement dans la Trompe proviendra d’un seul ange et cela est révélateur de la force dont un ange peut disposer.

Qu’Allah raffermisse notre foi ainsi que celle de nos proches de jour en jour. Qu’Il nous pardonne et nous préserve le jour où il n’y aura plus aucun secours.

 

Oum Ayoub

Les 3 jours blancs du mois de Rabi’ Ath-thani 2016/1437

( 21 Janvier 2016 )

 

Le mois de Rabi`Ath-thani 2016 a commencé il y a quelques jours. Le début du quatrième mois du calendrier musulman a été annoncé officiellement par l’Arabie Saoudite qui confirme l’observation visuelle du croissant lunaire du mois de Rabi’ II de l’année 1437 de l’hégire. Le premier été donc le lundi 11 janvier 2016 selon le communiqué de la Cour suprême saoudienne, par conséquent les jours blancs seront le samedi 23, le dimanche 24 et le lundi 25 janvier in-cha’Allah.

Le centre d’astronomie Icoproject confirme le  communiqué de l’Arabie Saoudite :

rabi ath-thani 2016 / 1437

A savoir, d’autres pays musulmans ont quant à eux annoncé le début du mois de Rabi`ath-thani au mardi 12 janvier 2016, ce qui décale par conséquent les jours blancs. C’est le cas du Maroc, du Nigéria et de l’Irak.

Le mois de Rabi’ Ath-thani est aussi appelé Rabi’ Al-Akhir (dernier Rabi’). Quatrième mois du calendrier islamique, il sera suivi des mois de Joumada al-oula, Joumada Ath-Thania, Rajab, Chaabane puis le mois de Ramadan 2016 tant attendu in-cha’Allah.

 

La récompense du jeûne de les trois jours

Les mérites du jeûne de ces trois jours est immense. En effet, notre bien aimé prophète ﷺ a dit a son sujet “Ceci est comme le jeûne du mois entier” (Rapporté par Nasai)

Le Prophète ﷺ a dit :

“Si tu jeûnes 3 jours dans le mois, alors jeûne le 13e, le 14e et le 15e ” Rapporté par Nasai  et authentifié par Cheikh Al-Albani

“Le jeûne de trois jours chaque mois est comme le jeûne continue et les jours blancs sont: le matin du 13e jour, du 14e et du 15e”. Rapporté par Tirmidhi et  authentifié par Cheikh Al-Albani

L’imam Saleh bin Humaid reçoit le prix International Roi Faisal pour ses services à l’Islam

( 21 Janvier 2016 )

 

Mardi soir a eu lieu la cérémonie de remise de prix internationale du Roi Faisal. Plusieurs chercheurs de nationalités différentes se concouraient dans ces prix qui se divisaient en 5 catégories : service à l’Islam, langue et littérature arabe, études islamiques, médecine et science.

Le premier prix de la catégorie service à l’Islam a été décerné à l’imam Saleh bin Humaid. Quant à celui concernant la langue et la littérature arabe, il a été remis au Marocain Mohammed Al-Muftah Ghazawani et à l’Égyptien Mohammed Abdul Muttalib Mustafa, tous deux professeurs de langue Arabe. Ils ont fait leurs preuves et se sont démarqués par leurs recherches au niveau littéraire sur des textes poétiques. Ils ont ainsi allié analyse poétique et culture arabe pour appréhender ces textes dans toute leur complexité.

Le prix  de médecine a été remis à deux Néerlandais : le professeur Han Grrit Brunner et le professeur André Joris Veltman. Ils ont contribué à « l’application clinique de la génétique de la prochaine génération », comme le souligne Arab News. Leurs recherches portent notamment sur une nouvelle analyse de l’ADN qu’ils ont proposée et validée dans leurs expérimentations. En effet, cette nouvelle méthode a permis de mieux isoler les gènes notamment sur les patients atteints de maladies héréditaires.

Enfin, le prix concernant la science biologique a été remis à un américain, le professeur Krishna Mootha Vamsi et au professeur britannique Stephen Philip Jackson. Ce dernier a travaillé sur « l’instabilité génomique de l’ADN et sa relation avec le cancer ». La cérémonie a donc réuni et récompensé divers chercheurs issus des quatre coins du monde. Chaque gagnant a reçu une récompense financière de 200 000 dollars, un encouragement et un certificat écrits en calligraphie arabe ainsi qu’une médaille en or. Bien que la valeur de ces prix soit démesurée, l’objectif de cette initiative est d’encourager la recherche et ce, dans de nombreux domaines d’études et à travers le monde entier. L’an dernier, le prédicateur Docteur Zakir Naik avait remporté le prix 2015 pour ses services rendus à l’islam.

B. Cazeneuve confirme : « Les actes anti-musulmans ont triplé en 2015 » !

( 20 Janvier 2016 )

 

Officiellement, ce sont environ 400 actes islamophobes qui ont été enregistrés pour l’année 2015. Bernard Cazeneuve l’a annoncé, précisant que les attaques contre des édifices chrétiens ont augmenté de 20% alors que les actes antisémites, eux, sont en baisse.

Trois fois plus d’actes anti-musulmans

Alors qu’en 2014, 133 actes anti-musulmans avaient été enregistrés par le ministre de l’intérieur, un an après, les chiffres ont triplé avec un total de 400 actes annoncés. Ce dernier a déclaré dans le journal La Croix :

« Les actes anti-musulmans ont triplé et s’établissent à environ 400 pour l’année 2015. »

Il a également été rapporté que plus de la moitié de ces actes ont été recensés lors du premier trimestre, notamment juste après les attentats de Charlie Hebdo.

Des chiffres effarants, mais pas d’actions

Bernard Cazeneuve en a également profité pour annoncer une baisse de 5% des actes antisémites « qui restent cependant à un niveau élevé, avec 806 actes constatés. » Les églises et cimetières chrétiens « ne sont pas épargnés avec 810 atteintes, en hausse de 20%. » Des chiffres qui seront communiqués aujourd’hui à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, par le délégué interministériel.

Le ministre de l’intérieur condamne -évidemment- ces actes : « En tant que ministre des cultes, je ne peux accepter de tels actes. Ils doivent être sévèrement punis. »

Des actes pourtant très rarement punis et qui continuent de se décupler, encore et encore, sous l’œil indifférent d’une autorité étatique qui n’agit que lorsque ses intérêts sont menacés.

Israël torture des enfants palestiniens en les enfermant dans des cages, en plein froid !

( 19 Janvier 2016 )

 

Décidément, l’Etat colon est bien décidé à prouver chaque jour les atrocités dont il est capable. Les derniers rapports publiés ont rapporté que des enfants palestiniens sont torturés en étant enfermés dans des cages à l’extérieur, en plein froid, subissant des violences sexuelles, morales et physiques.

La torture, une pratique courante en Palestine occupée 

Le Comité israélien contre la torture a révélé l’horreur. Des enfants palestiniens torturés puis encagés à l’extérieur, en plein froid, ont été découverts par le comité. Ainsi, les avocats du Public Defender’s Office (AOP) se sont rendus sur place afin de rencontrer les jeunes détenus. C’est lors de cette visite que les circonstances inimaginables dans lesquelles sont torturés les enfants ont été confirmées et officialisées. Le bureau du Public Defender’s Office a décrit le scandale :

« Lors de notre visite à Ramla, qui s’est tenue au cours d’une violente tempête qui a frappé l’Etat, les avocats ont rencontré des détenus qui ont témoigné qu’au milieu de la nuit des dizaines de détenus ont été transférés dans les cages de fer à l’extérieur […] Il s’avère que cette procédure, en vertu de laquelle les prisonniers étaient placés à l’extérieur dans des cages, a duré plusieurs mois et a été confirmée par d’autres fonctionnaires. »

Un rapport alarmant

Les avocats du Public Defender’s Office ont par la suite publié un rapport pour le moins effrayant. Ils y décrivent les abominations de la torture :

« La torture est un moyen d’attaquer les modes de fonctionnement psychologique et social fondamentaux d’un individu [tel que décrit dans le Protocole d’Istanbul]. En outre, la torture peut avoir un impact sur un enfant directement ou indirectement, soit en le torturant lui-même, soit en le rendant témoin de la torture et de la violence sur des parents ou d’autres membres de la famille proche […] La majorité des enfants palestiniens détenus sont accusés de jets de pierres et 74% rapportent à cette occasion avoir expérimenté la violence physique lors de l’arrestation, le transfert ou l’interrogatoire. »

En novembre 2015, l’ONG Palestinian Prisoners Club (PPC) avait publié un rapport révélant « qu’au moins 600 enfants palestiniens ont été arrêtés à Jérusalem dans la première moitié de 2015 et que près de 40% ont été victimes d’abus sexuels. »

Où sont donc passés ces défenseurs des droits de l’Homme qui clament à longueur de journée l’égalité et la sécurité des peuples, lorsque celles-ci sont sérieusement mises en cause. Ne sont-ils bons qu’à se serrer la main hypocritement et à défiler pour une cause, dont ils sont pourtant les premiers ennemis ?

Emmanuel Macron: “Si vous vous appelez Youssef ou Ibrahim dans notre pays, c’est beaucoup plus dur” (Vidéo)

( 18 Janvier 2016 )

 

Dans “Le Petit Journal” de Canal Plus, Martin Weill dévoilait les images de sa rencontre avec Emmanuel Macron, le ministre de l’économie et des finances, lors du salon des nouvelles technologies à Las Vegas.

Le ministre a notamment confié au journaliste : “Quand vous avez un prénom qui n’est pas Martin ou Emmanuel, c’est plus difficile d’avoir un job” (…) “Si vous vous appelez Youssef ou Ibrahim dans notre pays, c’est beaucoup plus dur”.


Emmanuel Macron : "Quand vous avez un prénom... par morandini